L’IoT* : impacts sur les réseaux opérateurs


Dans la categorie - Télécom

Dans un précédent post, nous avions évoqué l’idée que l’IoT pourrait être géré sur des réseaux dédiés. Aujourd’hui, interrogeons-nous sur la capacité des réseaux 4G+ et 5G à accueillir l’augmentation « tendancielle » du trafic actuel avec le supplément de trafic qui sera généré par les objets connectés

L’IoT envahira bientôt notre quotidien personnel et professionnel. Il est question des objets de smart cities (affichage, éclairage, mesure de trafic urbain, etc.), des objets industriels (mesure de performance dans les usines, consommation électrique, etc.), des objets personnels (tels que montre connectée, enregistreur d’activité physique, etc.), de la domotique (compteurs d’eau ou d’électricité, alarme, caméra de surveillance, ouverture de porte, etc.) de la santé ou encore de véhicules connectés.

La plupart des objets connectés sont peu gourmands en bande passante (quelques octets par jour pour un compteur d’eau), certains le sont bien davantage (plusieurs dizaines de méga-octets par jour pour un véhicule connecté). Au final, leur nombre impressionnant devrait rapidement saturer les réseaux des opérateurs traditionnels : on parle d’ici 10 ans de 50 à 80 milliards d’objets connectés sur la planète.

image 2

Autant dire que les réseaux actuels des opérateurs, déjà saturés en 4G du fait en particulier de l’explosion des usages vidéo, auront des difficultés à absorber le trafic venu de l’IoT.

Imaginez seulement en France : il se vend environ 2 millions de véhicules neufs par an, ce qui fera rapidement 2 millions de cartes SIM de plus annuellement en circulation, augmentation mécanique liée à l’obligation réglementaire de pouvoir générer un appel d’urgence depuis tout véhicule. Le parc automobile français étant estimé à 38 millions de véhicules : nous aurons d’ici 10 ans 38 millions de véhicules connectés en France ! Que se passera-t-il lorsque tous ces véhicules remonteront, au-delà des appels d’urgence, des alertes de fonctionnement pour les constructeurs, des informations sur le comportement de conduite pour les  assureurs, ou recevront des vidéos pour les passagers ?

post 30 bis

L’enjeu pour les opérateurs va donc être d’anticiper les impacts de ces objets connectés, de réfléchir aux volumes et aux trafics d’objets connectés que leurs réseaux pourront absorber tout en garantissant à leurs clients une qualité de services performante pour qu’ils ne soient pas tentés de partir à la concurrence. Ils vont devoir faire des choix stratégiques en matière de dimensionnement des réseaux, d’activation de nouvelles fonctionnalités (comme carrier agregation) permettant d’absorber plus de débit, de déploiement de technologies entre category-M, Narrow Band IoT, ou encore la 5G… Les outils de simulation et de test vont leur permettre d’éclairer leurs décisions sur le sujet !

* IoT : Internet of Things (Internet des Objets)

**http://www.analysysmason.com/About-Us/News/Newsletter/operator-strategies-for-iot-Jan2016/

PARTAGER :